Les injonctions contradictoires

Coucou mes chères lectrices ! J’espère que vous êtes en forme et que le déconfinement se passe bien pour vous. Cela fait un petit moment que je n’ai pas écrit ici et pour cause, de nouveaux projets voient le jour (je vous en parlerai prochainement ;)).

Pourtant, je reviens à chaque fois, car écrire sur ce blog est ma bouffée d’oxygène, ma bulle, mon truc à moi…bref ça me fait tellement de bien!!! Par contre, le sujet que nous allons évoquer aujourd’hui m’en fait moins.

Nous allons parler des injonctions contradictoires! Vous savez, ces fameux diktats que la société nous imposent à chaque fois que l’on fait des choix et qui nous font culpabiliser pendant un long moment.

Je suis sûre que vous les avez déjà entendu, vous aussi. Si si, ces petites phrases assassines qui vous piquent de temps à autre, que vous ne voyez pas arriver et qui vous laissent souvent bouche bée. En voici un florilège:

« Tu es mère et tu ne travailles pas! tu comptes sur le père de tes enfants? Même pour acheter une baguette? « 

« Tu es mère de trois enfants et tu travailles ?On ne fait pas des enfants pour les faire garder! »

« Tu la paies combien ta nounou? Autant rester chez toi! »

« Ça doit être génial d’être mère au foyer, tu as du temps pour regarder toutes les séries sur Netflix et de prendre le thé avec tes copines » Bon celle-ci, je ne pense pas que les gens soient capables de sortir une phrase aussi condescendante, quoique…;)

Les injonctions contradictoires, c’est insuffler tout et son contraire. En gros, c’est être soumis à deux pressions incompatibles.

Voici un exemple : pour allaiter votre enfant, vous devez manger suffisamment pour avoir des forces, et vous allez peut être durant cette période prendre du poids puis quand vous surfez sur Instagram, vous tombez sur des photos de mamans qui viennent d’accoucher avec un ventre plat au bout de 2 semaines. Et tout le monde de liker et commenter: BODY GOAL!! 😉

Moi même j’en ai fait partie;) MAIS avec du recul, je me rends compte que ce n’est pas servir la cause des mères que de liker tout ça. Est-ce vraiment une priorité d’avoir un body goal quand on vient de survivre à une épisiotomie!

Dans ce cas de figure, vous allez à la fois avoir envie d’écouter votre sage-femme qui vous conseille de manger des aliments riches pour avoir beaucoup de lait et de l’autre vous allez avoir envie de ressembler aux brindilles des réseaux sociaux. Les injonctions, ce sont ces tiraillements perpétuels entre suivre nos idéaux profonds c’est à dire qui on est réellement et ce qu’il serait bien d’être socialement…vous me suivez?

En somme, les gens auront toujours quelque chose à redire sur vos choix et de toute façon, vous devez savoir ceci, les mères ont toujours tort! 😉

Une mère qui porte trop, elle va gâter son enfant! une mère qui met son enfant a la crèche, mère indigne! une mère qui reste a la maison, une feignasse! une mère qui a plusieurs enfants, une poule pondeuse! une mère qui n’a qu’un seul enfant, elle va créer un égoïste! Bref, j’en passe des vertes et des pas mûres. Ce que j’en pense c’est : Faites ce que votre cœur vous dit, votre intime conviction. Bref , écoutez vous et assumez vos choix!

Et surtout n’endossez les choix et les envies de personne! Ni ceux de la société, ni ceux de vos copines ni de votre belle mère.

Si vous avez autour de vous, des filles brillantes, diplômées, carriéristes et tutti quanti mais que VOUS, même si vous avez tout pour réussir dans cette voie là, votre cœur vous crie « j’ai envie de mettre ma carrière entre parenthèses pour voir grandir mon enfant « , alors faites le! Et non, ce n’est pas du gâchis, vos belles études vous serviront autrement et surtout vous vous remercierez plus tard; Parce qu’il n’y a rien de pire que de passer à côté de l’enfance de ses enfants quand on aimerait n’en rater aucune miette et d’aller au boulot à contrecœur même si parfois on n’a pas le choix :(.

Prenons l’exemple dans l’autre sens, imaginons que votre entourage prône le fait de rester auprès de son enfant mais que VOUS, vous préférez retourner au travail même si, d’après vos calculs vous n’allez pas être hyper gagnante entre les frais de la nounou, les transports et les frais de restauration. Si vous avez besoin de travailler pour vous réaliser, de parler avec des adultes, alors faites le!! Votre enfant vous remerciera car vous ne lui reprocherez pas à longueur de journée que vous vous êtes sacrifiée pour lui.

De mon côté, j’ai toujours allié les deux, maternité et travail, même si très souvent je me dis que ce serait cool d’être à la maison mais au fond, je sais que même a la maison, j’aurais lancé 10 milliards de projets, je me serais lancée dans le bénévolat, les parents élèves, j’aurais essayé de monter une boîte (je sais je suis grave :)) …Donc autant aller bosser 🙂

Bref, on est ce qu’on est!! Et il faut l’accepter. Pour moi, je suis certes une maman mais aussi une femme qui a sa vie à mener et la question du travail est très importante pour moi : je ne lâcherais pour rien au monde mon indépendance financière et surtout j’ai une envie viscérale de m’accomplir dans tous les domaines de ma vie. De ces deux aspects importants pour moi, découlent une série de choix que j’ai fait comme avoir inscrit mes enfants en crèche, les faire garder par la famille parfois et j’en passe. Ce sont mes choix! Et si j’avais écouté la société, j’aurais deux enfants pas trois, je ne les aurais pas eu si jeune, je les aurais gardé tout en veillant à ne pas avoir un trop grand trou dans mon CV,…et blablabla…

Sachez que personne n’a le droit de juger vos choix. Enfin si! les gens peuvent donner leur avis, mais ça ne reste que leur avis et ce qui prime c’est ce que l’on pense soi. Détachons nous de la culpabilité et portons haut nos choix, qui correspondent a nos envies. D’ailleurs, il n’est pas rare qu’une femme continue de travailler au premier enfant, prend un congé parental au deuxième pour finir par prendre un travail a temps partiel au troisième et décider en fin de compte, de reprendre son job à plein temps. Elle s’ajuste a ses besoins du moment et fais au mieux. Respectons cela!

Et vous mes chères lectrices, qu’en pensez vous ? Vous écoutez-vous? Culpabilisez-vous de vos décisions? Et surtout assumez-vous vos choix de vie? J’attends vos avis! (Petit défi: dites moi en commentaires combien de fois, j’ai écrit le mot « choix » dans cet article. Je me suis lâchée avec ce mot lool).

Lorsqu’on devient mère, on laisse derrière nous l’envie d’être parfaite et c’est tant mieux! Car premièrement, même si on essayait de toutes nos forces, on ne le sera jamais 🙂 et deuxièmement, la perfection n’est pas de ce monde. A bas les INJONCTIONS CONTRADICTOIRES!

Affectueusement,

K. T

6 réflexions sur “Les injonctions contradictoires

  1. Sitan

    Quel magnifique article ! Franchement chapeau, que dire de plus ! Prendre sa vie en main et assumer ses choix , cela devrait être notre quotidien !
    Car quoi que l’on fasse un ou une aura son mot à dire !!!
    Gros bisous K.T

    Aimé par 1 personne

  2. Adama

    Très belle analyse, je te rejoint dans ce que tu dit,peu importe tes choix » les gens » trouveront toujours à redire.
    Le bon choix est celui qui est en phase avec toi-même et qui fait te sentir bien et tu sera donc bien pour tes proches.

    J'aime

  3. Ping : Annoncer sa grossesse au travail – Unrevedemaman

Répondre à Adama Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s