Les 9 leçons du confinement

Nous sommes le 11 mai! Date historique! Jour de déconfinement!

Nous venons de traverser ensemble une période inédite que nous raconterons à nos petits enfants tels les héros d’une guerre invisible.

De mon point de vue, ce confinement a été tout d’abord étonnant, je dirais même incroyable dans la mesure ou je n’aurais jamais pu imaginer que le monde entier s’arrêterait de tourner de concert. Stupéfiant!

Ensuite, j’ai trouvé ce confinement pénible de prime abord, pénible car nous ne pouvions plus sortir comme nous le voulions, il fallait aussi devenir la maîtresse de ses enfants. Et ça, ce n’est pas évident pour tout le monde. Moi, la première!

Mais je dirais finalement, que ce confinement a été salvateur!! Oui! Une vraie chance! Non seulement en restant chez nous, nous avons contribué à notre échelle à sauver des vies, mais nous nous sommes sauvés nous même de manière plus profonde. Laissez-moi vous expliciter le fond de ma pensée: Vous le savez comme moi, lorsque l’on devient adulte et que l’on commence à travailler, les temps morts sont quasi inexistants et d’autant plus lorsque l’on a une famille. En dehors des congés payés et RTT, nous sommes toujours occupées et cela nous laisse peu de temps pour effectuer une introspection.

Il est vrai que lorsqu’on attend un bébé, on a un temps lors du congé maternité, quelques semaines avant la naissance pour réfléchir mais c’est sans compter les désagréments liés à la grossesse: énorme ventre, ballonnements, jambes lourdes et j’en passe.

Grâce à ce confinement, j’ai pris le temps: Oui, j’ai ralenti et croyez moi ce n’est pas si facile que ça lorsque l’on est habituée à courir après le temps. Eh bien, c’est appréciable, d’aller moins vite, de prendre le temps, de savourer (ce qu’on mange lol, on a beaucoup mangé pendant ce confinement). Il y a quelques mois, j’avais vu un livre à la bibliothèque qui s’appelait « Éloge de la lenteur » et quand j’ai vu le titre, j’ai levé les yeux au ciel en me disant « ce n’est vraiment pas pour moi »…Ironie du sort, quelque mois plus tard, le confinement allait donner raison à cet ouvrage. RALENTIR, et prendre le temps de vivre, voilà la première leçon du confinement. J’ai appris que mon monde ne s’arrêtait pas parce que j’allais moins vite. Au contraire!

PATIENCE est le deuxième mot qui me vient à l’esprit quand je pense à la deuxième leçon du confinement: Oui, ce mot qu’on aime pas trop car on est habituées à obtenir les choses immédiatement. Etre confinée avec 3 enfants en bas âge, nous apprend cela. Pas besoin d’expliquer davantage, je suis sûre que vous me comprenez 😉

LIBERTE, et absence de contraintes sont les termes qualifiant la troisième leçon du confinement: C’est fini les soutiens gorges, le make-up, les tenues serrées, le regard des autres. Merci au confinement pour cela. Cela fait 55 jours que je n’ai pas mis de soutif et qu’est-ce que ça fait du bien! Je tenais à vous le dire 😉

Le TEMPS, toujours ce fameux rapport au temps, c’est la quatrième leçon du confinement: J’ai eu du temps pour mes enfants, je me suis réjouie de les voir jouer ensemble, construire d’eux-mêmes les liens de leur fratrie, les regarder et me dire qu’ils fabriquent leurs souvenirs d’enfance, me dire ensuite qu’ils grandissent trop vite et que j’ aimerais figer ces instants de grâce, les voir se chamailler à longueur de journée puis se faire des calins qui font fondre mon cœur d’amour; J’ai eu du temps pour mon mari, pour notre couple, du temps pour se rapprocher, pour mieux se comprendre, mieux communiquer, se chamailler aussi (comme les enfants ;)), s’ajuster, se redécouvrir, avoir des fous rires, débattre, se réorganiser, se laisser du temps chacun de son côté (enfin chacun d’un côté de l’appart lol), s’aimer tout simplement ; J’ai aussi eu du temps pour moi: je n’ai jamais autant dormi, cuisiné, lu, prié, et été reposée. J’ai aussi fait des trucs bizarres comme faire du sport 😉

INESTIMABLE!!!

REFLECHIR!!!! C’est la cinquième leçon du confinement. Se scruter, faire son introspection, définir ce qui est important et prioritaire pour moi, m’aligner. Définir mes projets et ce que je veux réaliser après ce confinement

REALISONS NOS REVES!!! C’est la sixième leçon. On a déjà échappé au pire (je l’espère du moins) et affronté nos peurs. On s’est aussi rendu compte que la vie est courte et fragile et que seul notre courage face à l’adversité nous aidera à atteindre nos buts et notre mission de vie.

LACHER- PRISE est la septième leçon: J’ai été angoissée les deux premières semaines du confinement. Je regardais les informations et chaque jour la présentatrice indiquait le nombre de morts, c’était anxiogène et à chaque fois, j’avais l’impression de développer les symptômes. Ma tante qui travaille auprès de personnes âgées dans une maison de retraite, m’a appelé pour me raconter sa réalité professionnelle et m’a rassuré. Elle avait cotoyé la maladie de près et m’a dit que l’on est assez impuissants face à la détresse des malades. Certains l’ont contracté et d’autres non alors qu’ils partageaient le même espace. J’ai ainsi appris notre VULNÉRABILITÉ et que parfois, on ne maîtrise pas les choses et que l’on doit l’accepter. Tout simplement. Depuis cet appel téléphonique avec ma tante, je me suis sentie beaucoup mieux, plus légère et j’ai, comme je le dis souvent en ce moment, « vécu ma meilleure vie ».

LIEN SOCIAL: Paradoxalement, le confinement nous a rapproché et on se rend compte de l’importance de la famille quand on ne peut plus les voir aussi souvent, l’importance d’échanger avec nos amis et avec les autres en général et à quel point ça nous nourrit. Les visios, les appels, les groupes whatsapp, les réseaux sociaux, tout cela a contribué à maintenir ce lien indispensable à notre épanouissement. C’est la huitième leçon.

Mettre LE TRAVAIL à sa juste place est la neuvième leçon de ce confinement: Depuis mon changement de poste (je vous en parlerai plus en détail dans un prochain article), j’ai donné une position centrale au travail dans ma vie. Ce qui a créé des déséquilibres en moi parfois. Le confinement a tout remis en ordre et je me suis déjà rendue compte que je ne faisais pas un travail utile à la survie de la nation donc il fallait que je me détende 🙂 et même si c’était le cas, le travail doit retrouver sa juste place: On le fait par envie et/ou par devoir et on contribue à notre niveau et selon nos capacités, ni plus ni moins.

Voilà, merci au confinement, merci à la Vie de nous avoir offert cette parenthèse! Ce n’était pas une parenthèse enchantée certes, mais cette pause nous a rapproché un peu plus de nous mêmes et paradoxalement des autres.

Et vous, mes chères lectrices, qu’en pensez-vous? Que vous a apporté ce confinement? Que vous a t-il appris?

J’en profite pour adresser mes sincères condoléances à tous ceux qui ont perdu des êtres chers. Car le confinement ça a aussi été ça…

Affecteusement,

K. T

Une réflexion sur “Les 9 leçons du confinement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s